L’attraction vedette à bord du Disney Fantasy est incontestablement l’AquaDuck. Cette spectaculaire glissade d’eau - qui fait la joie des 4 000 passagers, petits et grands, du Disney Fantasy -, s’étire sur une longueur de  quelque 230 mètres et sur l’équivalent de quatre ponts. Elle se compose d’une série de tubes, dont une bonne partie sont translucides, quelques-uns qui débordent du navire à quelque 30 mètres au-dessus du niveau de la mer et quelques autres qui sont en pente ascendante. En un peu plus d’une minute, assis sur un pneumatique pouvant recevoir deux personnes, les participants font ainsi le tour des deux piscines centrales du Disney Fantasy, non sans avoir passé à l’intérieur d’une des deux immenses cheminées rouges du navire. Le tout à une vitesse pas trop excessive, histoire de ne pas effrayer les enfants. 


Les plus petits, eux, s’amusent sur la petite glissade d’eau en tire-bouchon soutenue par une main géante qui jouxte la barboteuse Mickey’s Pool, ainsi nommée parce que s’y trouve la tête géante de Mickey. Une autre grande attraction sur le pont supérieur, un soir par croisière quand le temps le permet : le feu d’artifices, lancé à partir des deux cheminées avant du Disney Fantasy.


Sur le pont supérieur, les enfants peuvent aussi se rafraîchir à l’AquaLab, un terrain de jeu aquatique de 165 mètres carrés regorgeant de dizaines de jets d’eau et de geysers. Les plus petits, eux, s’amusent ferme au Nemo’s Reef, un autre terrain de jeu aquatique, inspiré celui-là du film Trouver Nemo. 


La touche magique, qui a fait la renommée mondiale de Disney, opère dès les premiers instants que l’on pénètre à bord du Disney Fantasy dont les lignes extérieures rappellent les grands liners de la Belle Époque. Les premiers pas des passagers se font en effet dans l’un des plus beaux atriums en mer, de forme rectangulaire qui s’étale sur trois points. C’est un endroit vraiment impressionnant, même pour les adultes, avec cet immense chandelier multicolore en cristal de sept mètres de diamètre et de quatre mètres de hauteur ainsi qu’avec ce tapis reproduisant le plumage d’un paon avec profusion de jaune, de bleu et de doré. Sans oublier les rampes en métal forgé et la multitude de panneaux muraux rehaussés des visages espiègles des plus célèbres personnages de Disney. 


L’atrium d’inspiration Art Nouveau représente l’endroit par excellence pour faire les plus belles rencontres à bord du Disney Fantasy. Soir après soir, selon un horaire pré-établi, les enfants peuvent en effet se faire câliner et prendre en photo, et parfois même danser en compagnie de leur mascotte favorite. Jusqu’à 15 mascottes géantes, dont le capitaine Mickey, Pluto et la princesse Tiana, y font leur apparition en une soirée sous les yeux émerveillés des petits et attendris de leurs parents.


Disney Cruise Line est une compagnie atypique qui offre des prestations incomparables à bord de sa flotte de quatre navires : deux 83 000 tonnes à l’architecture identique, mais à la décoration différente: le Disney Magic et le Disney Wonder lancés respectivement en 1998 et 1999. Et deux 128 000 tonnes, le Disney Dream et Disney Fantasy lancés respectivement en 2011 et 2012.


Toute la famille est conviée à faire partie de la Midship Detective Agency. Il s’agit ici de résoudre des mystères à l’aide d’indices qui sont dispersés sur dix des ponts du navire. Plus précisément, ces indices se trouvent dans des tableaux muraux que seuls les détectives en herbe munis d’un badge spécial peuvent faire s’animer. 


D’autres endroits populaires auprès des familles : le Goofy’s Sports Deck (avec notamment un parcours de mini-golf de neuf trous et un terrain de volley-ball), le D-Lounge (un lounge familial avec animations et jeux conçus pour tous), le Buena Vista Theatre (une salle de cinéma de 399 places, avec technologie 3d) et le Walt Disney Theatre (une salle de spectacle de 1 340 places présentant plusieurs productions de grande qualité visuelle à chaque croisière). Sans oublier des spectacles qui se donnent sur le pont extérieur supérieur du Disney Fantasy, de jour comme de soir.


Après tant d’activités, il fait bon de retrouver le confort de sa cabine. La plupart communiquent entre elles, elles sont spacieuses et bien adaptées aux besoins d’une famille. Elles comportent un grand lit ou deux lits jumeaux ainsi que deux lits simples superposés (l’un sortant du plafond, l’autre camouflé dans le canapé). Le coin salon peut être séparé de la chambre par un rideau qui se déploie sur toute la largeur de la cabine. La toilette et la salle de bain (avec douche et bain) sont aménagées dans deux pièces différentes. 

Autre exemple de l’ingéniosité technologique de Disney : les cabines intérieures sont équipées de hublots virtuels qui affichent des paysages extérieurs alimentés, en direct, par un système de caméras haute définition. et, subitement, des personnages de Disney, comme l’éléphant Dumbo, viennent y faire leur tour ! 


L’un des trois restaurants principaux du Disney Fantasy se présente comme un trésor enfoui au plus profond du navire : l’Enchanted Garden, un magnifique restaurant situé au centre du deuxième pont. La décoration s’inspire du jardin de Versailles et l’éclairage se transforme le soir venu avec l’apparition d’une constellation d’étoiles scintillantes. 


Pour les repas du soir, Disney Cruise Line a mis en place un système unique de rotation : les passagers changent de restaurant tous les soirs, trois soirs durant, mais retrouvent les mêmes serveurs d’un endroit à l’autre : Enchanted Garden, Royal Court (avec un décor inspiré de divers films de Disney, dont Cendrillon) et Animator’s Palate. Ce restaurant reproduit l’ambiance des studios d’animation Disney, avec des palettes géantes de peintres au plafond, des colonnes en forme de crayons et de pinceaux et des murs ornés de croquis qui s’animent littéralement par l’entremise d’une trentaine d’écrans géants. 


Chaque restaurant, d’une capacité de 696 personnes, propose une dizaine de plats principaux, dont environ la moitié que l’on trouve dans les trois. on joue la carte des valeurs sûres plaisant au plus grand nombre (carré d’agneau, linguini au poulet à la sauce Alfredo, homard grillé, saumon royal, entrecôte de bœuf, etc.). Le service empressé est assuré par une équipe de serveurs souriants qui, entre deux plats, consacrent du temps à amuser les enfants avec d’étonnants tours de magie. Ajoutons le restaurant buffet Cabanas et Flo’s Café, la zone de restauration rapide au pont supérieur. Là, dans un décor inspiré du film Cars se trouvent des comptoirs de pizzas et de paninis ainsi qu’un grill. 


Peu importe leur âge, les enfants ont leurs coins à eux, regroupés au 5e pont du Disney Fantasy. Oceaneer Club et Oceaneer Lab sont les deux immenses royaumes festifs pour les trois à dix ans. Jeux vidéos interactifs, dialogue en temps réel avec la tortue de mer Crush, création et animation de personnages, simulation de pilotage du navire, placards remplis de robes de princesse, salle de bricolage, laboratoire scientifique, pièces thématiques (Monster’s Academy, Pixie Holow, Explorer Pod avec la reproduction du sous-marin Nemo renfermant des consoles de jeux), deux Magic PlayFloor (des planchers interactifs de danse composés chacun de 28 moniteurs intégrés)... en somme, il y a là de quoi les occuper des jours entiers. 


Les pré-ados (11-13ans) et les ados (14-17ans), eux, se donnent rendez-vous respectivement au Edge et au Vibe. Le premier est aménagé directement dans la cheminée avant du navire, le second tout à l’avant du 5e pont. L’entrée du Vibe est résolument futuriste par la forme ondulée des murs et de l’éclairage qui ne cesse de changer de couleurs. Bar à jus et boissons gazeuses, salle de jeux vidéo, canapés encastrés dans le mur, écran télé de 103 pouces, piste de danse... autant de promesses de divertissement pour ces futurs passagers adultes. 


Disney Cruise Line est LA référence en matière de croisières à caractère familial. Mais ce qui est moins connu, c’est que les adultes peuvent aussi être comblés puisque certains endroits leur sont exclusivement réservés. Comme la zone de divertissement Europa. Située à l’arrière du 4e pont, elle comporte cinq bars et lounges à la carte, à l’ambiance et à la décoration différentes. 


L’endroit le plus original et novateur est sans nul doute le Skyline, un lounge dont le mur principal est constitué de neuf « fenêtres sur le monde », soit des panneaux lumineux rectangulaires de 65 pouces de hauteur, chacun reproduisant environ toutes les dix minutes le panorama de grandes villes du Vieux Continent. Chaque changement de vidéo s’accompagne d’une nouvelle bande musicale issue du pays concerné. La carte propose deux cocktails par cité, s’inspirant de la consommation locale, à base de sangria dans la section Barcelone, par exemple, ou d’ouzo dans la section Athènes. détail qui a son importance, compte tenu de la faible luminosité ambiante au Skyline : la carte de cocktails s’illumine quand on l’ouvre.

 

Tout autre décor au O’Gill’s, un pub irlandais tout ce qu’il y a de plus traditionnel où la Guiness et le whisky sont à l’honneur. À La Piazza, on découvre vins italiens, campari et grappa autour d’un bar circulaire conçu comme un carrousel vintage et décoré de masques vénitiens. 


Et voilà le Ooh La La, qui provoque de fait des exclamations bien senties quand on pénètre dans ce boudoir à la française pour déguster champagne, notamment de la marque Tattinger, et vins de l’Hexagone. Tout ici respire le faste, avec un mobilier victorien fort hétéroclite, des miroirs ornementaux, des tentures en velours et un bar au miroir reproduisant des dizaines de bulles. 


La soirée se termine invariablement à The Tube, une discothèque qui reproduit l’intérieur du métro londonien et dans lequel on danse au son des tubes de la musique britannique. Là, un spécialiste en boisson moléculaire a créé six cocktails spéciaux dont le 1863 (année d’ouverture du métro) comprenant vodka à la vanille et thé impérial britannique. Au total, c’est pas moins de 135 marques de bières, de vins, de liqueurs et de cocktails que l’on peut découvrir dans la zone Europa tout en écoutant les classiques musicaux de l’Irlande, de l’Italie, de la Grande-Bretagne ou de la France. 


Aménagée à l’avant des trois ponts les plus élevés, Quiet Cove est la principale zone de détente extérieure pour adultes à bord du Disney Fantasy. Ce havre de tranquillité tout en rondeur renferme au 11e pont un café intimiste avec hublots géants et une piscine multi niveaux avec bar intégré les pieds dans l’eau. il y a aussi deux bains tourbillons dont une partie du plan- cher transparent donne sur les chaloupes six ponts plus bas ! 

Au 12e et 14e pont se trouvent une piscine et une mer de transats pour relaxer sous le soleil ou à l’ombre. 


Le soir venu, les adultes peuvent déguster des plats de qualité au restaurant italien de 128 places, Palo. Et une cuisine gastronomique au restaurant français de 68 places, Remy. La carte brille par son originalité, avec des créations du chef français deux étoiles Michelin, Arnaud Lallement, et du chef Scott Hunnel travaillant au Walt Disney World Resort. 


Une dernière particularité de Disney Cruise Line : il n’y a pas de casino à bord de ses navires.