« Tiens, nous restons dans le bus pour cette excursion », s’étonne un passager du Loire Princesse. « C’est que le site que nous allons visiter fait 108 hectares », répond le guide. Le site en question, ce sont les chantiers navals de Saint-Nazaire qui, depuis son ouverture en 1862, a fabriqué 124 paquebots de ligne ainsi que de croisière maritime et fluviale, dont les légendaires Normandie, France et Queen Mary 2. Et aussi, le Loire Princesse. 


Tout le long de la visite de deux heures à ces chantiers, notre guide nous bombarde de chiffres hallucinants : par exemple, c’est là que se trouve le plus grand portique de l’Europe, une méga grue sur roues qui permet de soulever et de déplacer des sections de navire pesant jusqu’à 1 200 tonnes (comparativement à 750 tonnes ailleurs), Pareil équipement permet ainsi de réduire de 110 à 85 environ le nombre de blocs à assembler et donc, de baisser les coûts de construction excédant le milliard de dollars pour chacun de ces géants des mers.


La seconde partie de cette première excursion proposée aux passagers du Loire Princesse se déroule dans une partie de l’immense base sous-marine qu’ont construit les Nazis au début de la Seconde Guerre Mondiale. On y a installé une magnifique exposition intitulée Escal’Atlantic, qui retrace l’histoire des paquebots océaniques, avec un parcours nous donnant l’impression d’être réellement à bord du France et du Normandie, le tout enrichi de 200 pièces de collection provenant de ces deux illustres navires français.  


Depuis qu’elle a vu le jour en 1976 en Alsace, dans l’est de la France, CroisiEurope n’a cessé de faire preuve d’innovation. L’une de ses dernières initiatives a été le lancement, en 2015, en exclusivité mondiale, d’un navire à roues à aubes sur la Loire, surnommé le fleuve royal aux 150 châteaux. Avec ses 1 020 kilomètres, c’est le plus grand fleuve de France, mais le Loire Princesse n’en parcourt qu’environ le huitième compte tenu de sa faible profondeur. 


« Nous pouvons naviguer sur une partie de la Loire, dit le commandant Alain Jolly, grâce à la présence des roues à aubes qui se traduit par un très faible tirant d’eau, 0,70 mètre au lieu de 1,60 mètre pour les autres navires de CroisiEurope. Mais rendu au village de Bouchemaine, ce n’est plus possible d’aller plus loin. Déjà, cette croisière-ci, entre Chalonnes sur Loire et Bouchemaine, il y a eu un endroit où il n’y avait plus que 20 centimètres d’eau sous la coque ! » 


La vigilance est par ailleurs de mise, car les balises de navigation sur la Loire sont déplacées habituellement toutes les semaines en raison de la présence de bancs de sable dont leur emplacement change sans cesse. Mentionnons que nous ne croisons aucun autre navire de passagers, puisque CroisiEurope est la seule compagnie de passagers présente sur la Loire.


Grande nouveauté : les 30 cabines du pont supérieur du Loire Princesse comportent un balcon privé, là où se trouve aussi la grande timonerie. S’ajoutent les 18 cabines du pont principal, là où se trouve aussi le restaurant, pour une capacité totale de 96 passagers choyés par 24 membres d’équipage. Autre particularité à bord du Loire Princesse : le salon-bar abrite un coin bibliothèque avec de beaux livres sur différents attraits de la région.


Le MS Loire Princesse navigue sur la Loire dans le cadre de croisières de six ou de huit jours au départ et au retour de Nantes, dans le nord-ouest de la France. Les excursions durent de quatre à cinq heures en moyenne (l’une fait 11 heures), dont la moitié en autobus avec, à la clé, la visite d’une dizaine de magnifiques châteaux. Certains font partie du circuit touristique de masse (comme le château des ducs de Bretagne, celui d’Angers, l’Azay le Rideau, les jardins de Villandry ou le château d’Ussé). D’autres sont intégrés dans le programme exclusif d’excursions (comme les châteaux de Cassemichère, Épiré ou des Vaults, là où sont prévus de surcroît une dégustation de quelques muscadets et vins d’Anjou). S’ajoutent la visite des villes de Nantes et de Clisson ainsi que de l’école d’équitation de Saumur. Bref, un bel équilibre entre richesses historiques, culturelles et viticoles.


L’originalité des vins de la Loire tient au fait qu’ils sont pour la plupart issus d’un cépage unique. Par exemple, du melon de Bourgogne dans le cas du vignoble nantais, nous dit notre guide locale alors que nous venons de visiter la cité médiévale de Clisson regorgeant d’habitations inspirées de l’architecture toscane et que nous nous dirigeons vers le Château de Cassemichère, berceau historique du muscadet. C’est en effet là que fut planté en mai 1740 le premier cep de muscadet importé de Bourgogne. Entouré de 45 hectares de vignes, ce domaine produit des vins blancs, rosés et mousseux dont les passagers en découvre trois cuvées de 2015 accompagnés d’un petit mouzillon, un biscuit local encore plus délicieux quand il est trempé dans du muscadet. 


Un écriteau retient l’attention de ceux qui se promènent dans le « jardin suspendu » aménagé sur une section des remparts du château d’Angers. Y est décrit les six types de plantes de ce singulier endroit suspendu entre ciel et terre, à environ 25 mètres au-dessus du niveau de l’eau, à l’ombre de deux des 17 tours de l’ancienne demeure-forteresse des comtes d’Anjou : odorantes, médicinales, aromatiques, innovantes, sorcellerie… bénéfiques et maléfiques ! La plupart de ces plantes étaient connues au Moyen Age et certaines sont représentées sur la tenture de l’Apocalypse, un chef d’oeuvre de l’art médiéval qu’abrite le château d’Angers. Sous forme d’une tapisserie monumentale de 100 mètres de long, elle illustre l’Apocalypse de Saint-Jean (également appelé Révélation de Jésus-Christ).


« Nous allons nous mettre en jambe avant un p’tit verre de blanc », nous annonce notre guide dans le bus qui nous mène de notre village d’escale Chalonnes sur Loire au château d’Épiré. Nous commençons par déambuler dans les vignes tout en écoutant les explications du propriétaire sur sa production viticole avant de déguster trois de ses crus, de réputés vins blancs de l’appellation Savennières issus du cépage Chenin qui sont vendus à travers le monde. 


Sur le chemin du retour, nous parcourons la corniche d’Angevine, sinueuse route aménagée à 100 mètres au dessus de la Loire, qui regorge de magnifiques panoramas à perte de vue, de quelques villages haut perchés et d’édifices rappelant le passé minier de la région, telle la chapelle Sainte-Barbe-des-Mines. 


Cette dernière excursion se termine par une suggestion de notre guide non prévue au programme initial : une promenade aux Halles de Chalonnes sur Loire, marché en plein air du samedi matin, pour découvrir une spécialité locale, le rillaud. Elle a la gentillesse d’offrir aux quelques passagers qui la suivent une baguette de cette délicieuse viande de porc cuite dans le gras des heures durant. Comme il est rendu midi, le rillaud est servi froid. « Les vendeurs des marchés le mange parfois chaud au petit déjeuner afin de se donner des forces pour la journée », précise Julie Hénault. Au retour sur le Loire Princesse, il est clair que si j’ai plus de force, je n’ai plus de place pour le repas du midi !


Itinéraire 

Jour 1 : Embarquement à Nantes (18h). Navigation vers Saint-Nazaire (21h30 jusqu’au lendemain 01h)


Jour 2 : Visite des Chantiers navals de Saint-Nazaire (09h00-12h30). Navigation vers Nantes (13h-19h). Promenade sur la rivière Erdre (21h-23h30). Escale de nuit Nantes


Jour 3 : Visite de Nantes et du château des ducs de Bretagne (08h30-12h00). Navigation vers Ancenis (13h-19h). Escale de nuit Ancenis


Jour 4 : Visite de Clisson et dégustation au Château Cassemichère (08h-12h30). Navigation vers Chalonnes sur Loire (12h30-18h00). Escale de nuit Chalonnes sur Loire


Jour 5 : Visite de l’école d’équitation Cadre noir de Namur et retour à bord du navire à Bouchemaine. (8h30-13h00). Visite d’Angers (15h-18h15). Escale de nuit Bouchemaine


Jour 6 : Visite de trois châteaux de la Loire (8h-19h). Escale de nuit Chalonnes sur Loire


Jour 7 : Visite de la corniche Angevine et dégustation au Château Vaults ou au château d’Épiré (08h30-12h30). Navigation vers Nantes (14h-22h). Escale de nuit Nantes


Jour 8 : Débarquement à Nantes (09h)

image22