Classique ou impressionniste ? », me demande en début de croisière Minatchy Fabiola, la dynamique commissaire de bord du Seine Princess qui est amarré en plein coeur de Paris, au quai Grenelle, à l’ombre de la Tour Eiffel.


C’est que cette croisière-ci affiche deux programmes d’excursions distincts (quoique quelques excursions sont communes, comme la route des abbayes). Le volet classique s’adresse à ceux qui ne connaissent ni Paris ni la Normandie, avec des visites notamment des hauts lieux touristiques de la Ville Lumière (Champs Élysées, le Louvre, le quartier latin, etc.), du château de Versailles ainsi que des villes de Rouen, Honfleur et Deauville. 


Le volet impressionniste est entièrement consacré à ce grand courant artistique avec des visites notamment au musée Marmottan Monet à Paris, au village Auvers-sur-Oise fréquenté par les plus grands peintres paysagistes et impressionnistes, à la maison et aux jardins de Claude Monet à Giverny ou encore, au musée Eugène-Boudin à Honfleur. Mouvement pictural qui éclôt dans les décennies 1870 et 1880, l’impressionnisme a marqué la rupture de l’art moderne avec la peinture académique et ses plus grands artisans se sont inspirés des paysages de Paris, de la Seine et de différentes villes normandes pour créer des oeuvres différentes, audacieuses et fabuleuses. S’ajoute une mise en contexte historique livrée par une conférencière passionnée à quelques reprises en cours de croisière. 


CroisiEurope est présent sur la Seine depuis 1999. Elle y affecte actuellement trois de ses navires (MS Seine Princess, MS Renoir et MS Botticelli) qui vont de Paris à Honfleur et vice-versa, ou de Paris à Paris, dans le cadre de croisières variant de 4 à 8 jours. Lancé en 2002, le MS Seine Princess a été rénové en 2010 mais dans l’ancien style de CroisiEurope, c’est à dire sans la décoration lumineuse et épurée du MS Camargue ou du Loire Princesse, par exemple (voir les deux articles suivants), sans la même grandeur des cabines et surtout, des salles de bains que celle des navires de dernière génération. Le MS Seine Princess renferme 67 cabines pour une capacité d’accueil de 138 passagers comparativement à 54 cabines et 104 passagers pour le MS Camargue, et à 48 cabines et 96 passagers pour le Loire Princesse. 


« Je ne croyais pas que ce musée, méconnu même des Parisiens. était si intéressant », dit un passager originaire de Paris au retour de la première excursion du volet impressionniste au musée Marmottan Monet. Incidemment, la plupart des excursions sur la Seine se déroulent l’après-midi plutôt que le matin, comme ce fut le cas pour la croisière sur le Rhône. Aménagé dans un ancien pavillon de chasse transformé en hôtel particulier, puis en musée en 1934, le musée Marmottan Monet recèle d’innombrables trésors. Dont la plus grande collection au monde d’oeuvres de Claude Monet, le plus célèbre des peintres impressionnistes. Et le premier fonds mondial d’oeuvres de Berthe Morisot, la première femme impressionniste. 


Le deuxième repas du soir débute alors que le MS Seine Princess entame tout juste la traversée de Paris, du quai de Grenelle jusqu’au Huatian Chinagora, un immense complexe hôtelier construit au confluent de la Seine et de la Marne. Au cours de ce trajet de quelque 90 minutes, nous naviguons sur près de 13 kilomètres, passons sous 37 ponts et longeons de multiples merveilles architecturales comme le musée d’Orsay. Le chemin inverse se fait alors que la nuit tombe dans un Paris encore plus éblouissant, brillant de tous ses feux. Cette première journée de croisière se termine en effet de façon magistrale.


Autre belle navigation au troisième matin de la croisière sur la Seine, entre Vernon et Rouen, préfecture de la Normandie et premier port céréalier de France. Le MS Seine Princess avance dans une succession parfois fort sinueuse de méandres du fleuve causée par la faible déclivité de la vallée de la Seine. Une bande pré-enregistrée en français et en anglais livre aux passagers les faits marquants de l’histoire des différents lieux de la Seine que nous traversons en toute quiétude. À notre arrivée à Rouen, ma cabine donne sur le mur de béton d’un quai. Une heure plus tard, la vue est complètement dégagée car la Seine a cru de quelque trois mètres dans ce court laps de temps !


La dernière journée de cette croisière sur la Seine est la plus chargée avec deux excursions, la première matinale à Honfleur, la seconde en après-midi sous forme de dégustation de calvados et d’une courte promenade à Deauville. 



Le MS Seine Princess n’est amarré qu’à quelques minutes à pied du vieux bassin de Honfleur, l’endroit carte postale par excellence qui fourmille de terrasses où il fait bon prendre un cidre local. C’est le point de départ idéal pour une promenade dans les petites rues avoisinantes remplies de commerces sis au premier étage de hautes maisons à poutres apparentes. C’est incidemment dans ce port de commerce, de pêche et de plaisance que partit en 1603 Samuel de Champlain pour explorer le fleuve Saint-Laurent et fonder Québec. Maints passagers en profitent pour faire le plein de souvenirs sous forme de produits locaux artisanaux (terrines, confitures, chocolats, caramels, madeleines, sablés, meringues, guimauves, etc.). 


« Vous savez ce qu’est la part des anges », demande la guide du château du Breuil. « C’est l’alcool qui s’évapore », répond tout de go un passager. Nous nous promenons dans un vaste domaine boisé aux arbres centenaires de 42 hectares qui produit cette renommée eau-de-vie normande qu’est le calvados à partir de pommes acides. Après la visite de la distillerie et du bâtiment renfermant les chais de vieillissement vieux de quatre siècles, nous dégustons deux calvados, dont l’un de 20 ans d’âge. Puis, direction Deauville, station balnéaire très bling bling fréquentée notamment par les stars américaines de cinéma. Notre visite est écourtée par une averse, la première du voyage. « Il ne faut pas voir Deauville, mais y être vu », nous dit la guide, comme en guise de consolation.


Précisons que la saison des croisières fluviales européennes va de mars à octobre ainsi qu’en décembre pour la découverte des marchés de Noël. 


Itinéraire 

Jour 1 : Embarquement à Paris (18h). Escale de nuit Paris


Jour 2-CLASSIQUE : Visite guidée de Paris (09h-12h). Après-midi libre. IMPRESSIONNISTE : Visite du musée Marmottant Monet (09h45-12h15). Visite d’Auvers-sur-Oise (13h30-18h). Traversée de Paris (19h-22h15). Escale de nuit Paris


Jour 3 : Navigation vers Poissy (07h-13h). CLASSIQUE : Visite du Château de Versailles (13h45-17h30). IMPRESSIONNISTE : Visite maison et jardins Claude Monet à Giverny (13h30-18h). Navigation vers Vernon (18h30-21h30) Escale de nuit Vernon


Jour 4 : Navigation vers Rouen (06h-13h). CLASSIQUE : Visite de Rouen (13h45-18h). IMPRESSIONNISTE : Sur les pas des impressionnistes à Rouen (13h45-18h). Escale de nuit Rouen


Jour 5 : Navigation vers Duclair (10h-13h). CLASSIQUE et IMPRESSIONNISTE : Route des Abbayes (13h45-18h). Navigation vers Honfleur (20h30 jusqu’au début de nuit 00h30)


Jour 6 : CLASSIQUE : Visite de Pont L’Évêque et de Honfleur (08h-10h30). Dégustation de calvados et visite de Deauville (13h45-18h). IMPRESSIONNISTE : Visite de Honfleur (09-10h30). Visite de la côte d’Albâtre (13h45-18h). Escale de nuit Honfleur


Jour 7 : Débarquement à Honfleur (9h)


CroisiEurope est une compagnie familiale qui a mis au point une formule éprouvée de voyage basée notamment sur l’amabilité. Le personnel en général, et en salle en particulier, en grande majorité d’origine hongroise, se montre extrêmement diligent et attentionné. Tous déploient une énergie hors du commun pour aider les passagers à vivre de belles vacances, particulièrement les commissaires de bord qui n’ont de cesse de répondre aux interrogations des uns, de régler des détails logistiques pour d’autres, et d’accompagner et orienter les passagers lors des excursions. Au total, CroisiEurope dispose d’un effectif de quelque de 1 350 personnes qui a pris soin de plus de 200 000 passagers en 2016. 


En plus de quatre décennies d’existence, CroisiEurope est devenue le leader de la croisière fluviale en Europe, initiant sans cesse de nouvelle destinations, Par exemple, en France, elle a été la toute première compagnie à sillonner les fleuves de la Saône et du Rhône en 1995, la première sur la Seine en 1998 et la première sur les fleuves la Gironde et la Garonne au départ de Bordeaux en 2011. CroisiEurope est aussi la seule compagnie, depuis 2013, à programmer des croisières sur cinq canaux de France à bord de six péniches d’une capacité de 22 passagers chacune. Enfin, CroisiEurope programme chaque année plusieurs croisières musicales, randonnées pédestres et vélos dans différentes régions françaises (et aussi dans différents pays européens).


« Nous offrons la plus grande offre de croisières, tant en ce qui regarde la durée (de trois à 12 jours), les destinations que les itinéraires et ce, tant en France que dans le reste de l’Europe, résume Michel Grimm, le directeur commercial international de CroisiEurope. Nous sommes la seule compagnie au monde qui propose une flotte de navires d’une telle diversité que nous pouvons naviguer sur les plus grands fleuves d’Europe et d’ailleurs, ainsi que sur les canaux et les mers. »


CroisiEurope est la seule compagnie fluviale battant pavillon français et donc, la seule dont la principale langue d’usage à bord de ses navires est le français. De même, ses excursions se déroulent dans la langue de Molière avec des guides locaux érudits. Environ les deux tiers de ses passagers sont français. Les autres sont le plus souvent allemands, belges, anglais, suisses, espagnols et canadiens.


CroisiEurope pratique des tarifs attractifs, avec des croisières jusqu’à 30% moins chers que celles de compagnies concurrentes. Elle y parvient en contrôlant sa flotte de la conception et de la construction de ses navires jusqu’à la commercialisation en limitant les intermédiaires. Les cabines sont certes moins luxueuses, mais le rapport qualité-prix est indéniable avec un service et une gastronomie exceptionnels. Si bien qu’au fil des ans, elle s’est vue décernée de nombreux prix. Comme, en 2014, celui de la meilleure compagnie de croisière fluviale. Ou comme, en 2015, celui du meilleur nouveau navire flvial (le Loire Princesse) et celui des meilleurs itinéraires fluviaux, selon l’organisation UK Editor’s Picks Cruise Critic.

image67